08/05/2015

L'école est déconnectée de la réalité

Interdire les montres connectées lors des examens ? (TDG du 8 mai 2015 - 1). La technologie évoluant, nous aurons bientôt affaire à des habits connectés ! Verra-t-on nos bacheliers effectuer leurs examens à poil ? ...et dans 5 ou 10 ans, les verres de contact pourront afficher les informations du Web d'un simple clin d'œil ! Peut-être serait-il plus sage de faire comme au Danemark (2), autoriser l'accès à Internet durant les examens. Nous serions alors obligés de modifier leurs contenus, en testant des compétences plus complexes, comme le traitement des informations pertinentes ou la capacité de résoudre des problèmes nécessitant des connaissances systémiques (3). Mais d'ici là, il y aura encore beaucoup d'eau qui passera sous les ponts... ...de l'Arve.

Ce même jour, François Hollande annonce la mise en place d'un vaste plan numérique pour l'école de un milliard d'Euros (4). Après avoir touché le fond, la France cherche à se redresser, comme je le mentionnais dans un précédent billet de blog (5). Ici, on a plutôt pris l’ascenseur dans le sens inverse !

1. Premier cas de triche à la montre connectée : http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/premier-cas-trich...

2. Au Danemark, des lycéens passent le bac connectés à Internet : http://www.huffingtonpost.fr/2013/06/12/danemark-lyceens-...

3. L'école doit enseigner l'incertitude et la complexité : http://ldubois.blog.tdg.ch/archive/2015/02/24/l-ecole-doi...

4. Hollande annonce un milliard d'euros sur 3 ans pour le numérique à l'école : http://m.leparisien.fr/societe/hollande-annonce-un-millia...

5. La France réforme son enseignement... ...un exemple à suivre ? http://ldubois.blog.tdg.ch/archive/2015/04/14/la-france-r...

08:10 Publié dans Enseignement | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Indépendamment des questions actuelles de fraude numérique on observe partout dans le monde la production de faux certificats et autres diplômes. C'est ainsi qu'on a découvert récemment en Suisse qu'un médecin pratiquait depuis une bonne dizaine d'années sans avoir la moindre formation. Il donnait entière satisfaction.
Après les notes qui sont parties et revenues pour rassurer les parents, on peut se demander si nos moyens d'évaluer les capacités et surtout l'enthousiasme et l'aspiration des élèves sont encore adaptés.
En tant qu'employeur, je me méfie des diplômes qui cachent mal un manque de confiance. Si mon médecin affiche ses diplômes sur le mur de son cabinet, je pars en courant.

Écrit par : Pierre Jenni | 08/05/2015

L'école est déconnectée de la réalité peut-être, mais ce qui est plus grave c'est que les élèves eux sont déconnectés de l'honnêteté et que tout le monde trouve cela normal ça c'est c'est inadmissible.

Écrit par : grindesel | 08/05/2015

De grindesel j'apprécie qu'il attire notre attention sur l'inadmissible déconnexion contemporaine de l'honnêteté!

A lui, à Monsieur Dubois qui n'a pas refusé de publier sa juste réflexion, Merci.

Et bon week-end!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/05/2015

La perspective de former des élèves avant tout capables de gérer des informations trouvées sur internet ne m'enthousiasme pas.
Et cela, parce qu'on ne saurait pas empêcher la triche pendant des examens ? Il n'y a pas besoin de déshabiller les gens pour savoir ce qu'ils ont dans les poches ou dans leur corps ! Ce sont justement les nouvelles technologies qui permettent de détecter la présence d'objets ou de brouiller des ondes.
A mes yeux, cette sorte de capitulation sans réserves face à la démarche tout-internet a un côté trop facile.
Entre enseignants, nous débattons beaucoup de la pertinence de l'apprentissage "par coeur". Faut-il connaître le livret ? Faut-il apprendre du vocabulaire en allemand et en anglais ?
Si on pense 30 secondes à la vraie vie, on a la réponse: comment tenir une conversation dans une langue étrangère en étant dépendant de Google-traduction ? (Comment même écrire un mail en utilisant cet outil ? On passe pour un demeuré !) Ne pas être capable de vite calculer un prix si on achète plusieurs unités ou de diviser une addition entre convives sans passer par son smartphone ?
Le mien était déchargé récemment et je me suis bien redu comte, combien la dépendance à ces objets a un côté pathétique.
Gérer la limite entre le plagiat et la synthèse personnelle est un défi majeur pour un examinateur.
Je sais que beaucoup de personnes voient l'évolution du travail d'enseignant dans ce sens. Il s'agirait, à l'avenir, de guider les élèves dans leur utilisation des outils numériques. La transmission du savoir se ferait avant tout par médias interposés. Le facteur humain est neutralisé et beaucoup peuvent s'en réjouir.
Est-ce inéluctable ?
Ca me fait penser aux années 70, où on a espéré que la femme serait libérée du travail ménager grâce aux nombreuses machines et, par conséquent, on a réduit drastiquement la taille des cuisines dans les nouveaux appartements. Pour se rendre compte par la suite que c'était invivable, pas pratique et en définitive une balle dans le pied de tous. La vie est plus compliquée que ça ! Désormais, le comble du luxe, c'est la grande cuisine avec une belle table, autour de laquelle on peut placer confortablement sa famille et ce n'est plus seulement la maman qui fait à manger.

Écrit par : Calendula | 09/05/2015

Les commentaires sont fermés.