13/05/2014

Valorisons la créativité à l'école

La créativité et l'inventivité sont des compétences qui permettront peut-être à l'humanité de s'en sortir. Le Plan d'Etudes Romand (PER) l'a bien compris, puisqu'il intègre ces capacités : http://www.plandetudes.ch/web/guest/capacites-transversal...

Mais à lire l'article de Carolyn Gregoire, j'ai bien peur que l'école ne valorise pas vraiment ces comportements... ...et même qu'elle les répriment !!!

http://www.huffingtonpost.fr/2014/03/11/la-creativite-18-...

Passons en revue quelques-unes des caractéristiques et des comportements révélateurs chez ces personnes hors du commun, artistes, chefs d'entreprise, aventuriers, inventeurs, savants, génies, et autres scientifiques qui ont permis des avancées notoires :

Ils rêvassent

Cette qualité est... ...comment dire..., plutôt perçue négativement dans le milieu scolaire !

Ils observent tout ce qui est autour d’eux...

...par exemple, par la fenêtre de la classe ! Ils prennent, en outre, du temps pour parcourir les différentes pages du livre, avant de s'arrêter à la page demandée par l'enseignant.

Ils travaillent aux heures qui les arrangent

...bon, là je vois mal comment on pourrait faire autrement... ...et je n'ai pas envie de parler du mercredi matin !

Ils prennent le temps d’être seuls

Difficile dans une classe de 24 élèves ! Mais on pourrait aménager des "pauses", des moments de respiration.

Ils contournent les obstacles de la vie

L'école est-elle un obstacle pour ces personnes ?

Ils sont à la recherche de nouvelles expériences

Qu'est-ce qui se passe si je taille mon crayon par les deux bouts ? Est-ce que j'arrive à tenir en équilibre sur deux pieds de chaise ?

Ils "échouent"

Quelle est la place de l'erreur à l'école ? Il y a 5 siècles, elle apparaissait déjà comme inhérente aux processus d'apprentissage. Les pédagogues d'aujourd'hui le confirment, l'erreur prend toute sa place dans la construction de la pensée (voir le dossier "L'erreur en pédagogie").

Ils posent les bonnes questions

Tout un apprentissage ! Mais est-ce que l'école apprend aux élèves comment poser les bonnes questions ? Ou cherche-t-elle plutôt à obtenir les bonnes réponses !

Ils prennent des risques

Quelle est la place du risque dans l'institution scolaire. Quelle marge de manœuvre dispose chaque élève ? Dans quel cas peut-il prendre des risques ?

Pour eux, tout devient une occasion de s’exprimer

Si tous les élèves qui bavardent ne deviendront probablement pas des génies ou des inventeurs, comment distinguer "bavardage" et "expression créative" ?

Ils réalisent leurs vraies passions

Il y a très longtemps, un de mes élèves, passionné de musique, avait apporté son clavier électronique en classe. Et il a passé quelques heures à composer des musiques, notamment pour le spectacle de fin d'année. Il s'occupe maintenant de la Direction musicale de "Le Band d'Un Air de Famille - RTS".

Ils sortent de leur propre tête

"Explorer d’autres façons de penser", affirme l'article. C'est ce que le PER appelle "développement de la pensée divergente" en exprimant ses idées sous de nouvelles formes. Donc valoriser le processus, le cheminement, plutôt que le résultat ou le produit fini.

Ils perdent la notion du temps

La cloche de la récréation, les "Rangez les cahiers", "Plus que 10 minutes" ou les "Dépêchez-vous", sont là pour rappeler à l'ordre les élèves qui perdent la notion du temps.

Ils s’entourent de beauté

...voir la maîtresse de Titeuf !

Ils relient les points

Établir des liens entre différentes problématiques. Difficile lorsque l'école est perçue comme une juxtaposition de différentes disciplines... ...de plus en plus nombreuses ! Mais certains enseignants y arrivent très bien et sont devenus des experts en interdisciplinarité.

Elles font bouger les choses

Comment offrir aux élèves la possibilité de changer les choses ? Une boîte à suggestion ? Un espace de proposition dans le conseil de classe ?

Ils consacrent du temps à la méditation

Et si la méditation devenait une discipline obligatoire à l'école ? C'est en tout cas ce que suggère
Jeanne Siaud-Facchin dans son article "La méditation comme remède au mal de l'apprentissage". André Giordan, sans parler de méditation, propose, quant à lui, des moments de relaxation en classe.

 

Vous l'aurez compris, pour permettre à l'humanité de s'en sortir (!), ou en tout cas pour respecter le Plan d'Etude Romand et développer cette compétence appelée "pensée créatrice", il est indispensable de bousculer quelque peu les traditions, les codes et autres contraintes structurelles. En bref, changeons l'école.

23:56 Publié dans Enseignement | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | | |