02/12/2013

Des débats stériles sur l'avenir du DIP

Les dés sont jetés ! Mme Anne Emery-Torracinta reprendra le DIP durant la prochaine législature, le Département de l'instruction publique, de la culture et du sport (n'oublions pas la culture et le sport !).

Léman bleu y a consacré un débat dimanche 1er décembre dernier, intitulé "Quel avenir pour l’Ecole genevoise ?" lors de son Grand Genève à Chaud (Grand GAC) hebdomadaire, présenté par Pascal Décaillet (1). Les invités, (Olivier Baud – Député d’Ensemble à Gauche; Isabelle Brunier – Députée socialiste; Philippe Morel – Député PDC; Nathalie Fontanet – Députée PLR; Jean-François Girardet – Député MCG) ont débattu notamment sur la formation obligatoire jusqu'à 18 ans, la refonte de la maturité, les jeunes en rupture ou encore sur les fonctions de l'Etat-major du DIP.

Que de mots et de paroles concernant l'aménagement des structures, mais peu de choses sur le fond ! Or, apprendre à décoder le monde est un enjeu essentiel, qui nécessite des changements en profondeur. La société a changé et l'école est plus que jamais un vecteur d'intégration. Le savoir évolue sans cesse et l'accès à l'information a transformé nos modes de vie. Mais comment faire du neuf avec du vieux ? Ressasser les vieilles rengaines ne feront pas avancer les choses. Nos politiques sont en manque d'imagination (2) : "il faut réintroduire l'Histoire suisse" ; "l'orthographe doit être une priorité" ; "il faut recentrer l'enseignement sur la lecture" entend-on autour de la table de Pascal Décaillet. Mais quelle histoire suisse ? Le débat d'infrarouge sur la RTS du 6 novembre dernier, intitulé ""Identité suisse, mythe ou réalité", montrait la complexité de la problématique (3). Et de quels apprentissages de la lecture parle-t-on ? Lire c'est décoder ! Non seulement décoder des lettres et des phrases, mais aussi et peut-être surtout arriver à donner du sens à ce qui est déchiffré, arriver à contextualiser ce qui est lu. Apprendre à lire le monde, c'est apprendre à lire des textes différents, apprendre à décoder des discours provenant de médias diversifiés (y compris des images, des vidéos et des médias numériques) et appendre à faire des liens avec les enjeux de notre société, avec notre culture (4).

Cela dit, je rejoins les personnes qui espèrent que le DIP sortira de l'impasse, qu'il arrivera à guider le navire sur des océans moins tourmentés et qu'il réinstaurera la confiance nécessaire à la bonne marche de l'institution. Les réformes en cours ont éloigné les enseignants de leur mission première, en multipliant les tâches administratives, en mettant en place des dispositifs de gestion et de contrôles chronophages n'ayant montré que peu d'efficacité et ayant surtout joué un rôle néfaste sur la motivation des enseignants (5). Il est nécessaire de redonner au corps enseignant le plaisir d'enseigner ! Et de leur faire confiance !

Mais pour cela, il faudra que notre nouvelle ministre de l'Instruction publique, de la culture et du sport du canton de Genève, Mme Anne Emery-Torracinta, arrive à remettre en question certains errements de la décennie passée. Il est également temps de dépasser les éternels clivages entre ceux qu'on appelle les "pédagogistes" et les "anti-pédagogistes", pour s'engager sur une nouvelle voie, structurée, mais adaptée à notre temps.

Les pseudo réformes successives, n'ont servi à rien. L'école reste telle qu'elle a été imaginée il y a plus d'un siècle ! Alors cherchons à innover ! Je suis confiant et optimiste ! 

1. http://www.lemanbleu.ch/vod/le-grand-geneve-a-chaud-01122...

2. http://ldubois.blog.tdg.ch/archive/2013/03/26/des-program...

3. http://www.rts.ch/video/emissions/infrarouge/5355835-iden...

4. http://ldubois.blog.tdg.ch/archive/2013/03/26/des-program...

5. http://ldubois.blog.tdg.ch/archive/2013/08/20/temp-75436c...

15:05 Publié dans Enseignement | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |